A Sancoins, comme ailleurs dans nos villes et villages, si  quelques noms de rues, de bâtiments ou de  lieux publics n’évoquent rien de particulier  aux visiteurs de passage, ils permettent aux  locaux de perpétuer le  souvenir de quelques Sancoinnais qui se sont illustrés au cours de leur vie. Brièvement, voici les plus marquants :

Jean Baffier, sculpteur (1851-1920)

 

Né à Neuvy-le-Barrois dans une famille de paysans-vignerons, l’artiste, formé à Nevers puis Paris, se définit lui-même comme un « tailleur d’images » et  restera toute sa vie attaché au monde rural et  à ses habitants, à commencer par ses proches, qu’il prend souvent comme modèles, pour des  bas-reliefs réalistes exaltant  le travail des champs, des bustes de  travailleurs sages et vigoureux ou encore de jeunes paysannes souriantes et sereines. Il partage son temps entre son atelier Parisien du quartier Montparnasse et celui de la « Croix Renaud » à Sancoins.

 

Mais à une époque où la statuaire publique constitue une part importante de l’activité des sculpteurs, J. Baffier sait lui aussi concourir ou recevoir des commandes qui se concrétisent surtout à Paris ou à Bourges : statues (de pierre ou de  bronze) de Michel Servet, Marat, Louis XI, Monuments aux morts de la Guerre de 1870… L’art funéraire (au cimetière de Sancoins, par exemple), voire les arts décoratifs (réalisation de vaisselle d’étain)  ou la musique populaire ,sont à ajouter à sa palette artistique. Autodidacte et passionné par les débats intellectuels et artistiques de son temps,

il milite aussi (parfois de manière violente et polémique) à travers une publication,«  Le Réveil de la  Gaule », en faveur d’une certaine fidélité au passé et à un enracinement dans ce qu’il définit comme « traditions celtiques.

Aujourd’hui, on pourra retrouver certaines de ses œuvres dans les réserves des musées de Bourges (Hôtel Cujas) et Nevers (Frédéric Blandin) mais aussi au Centre Artistique Jean Baffier.